Flash/ HONORE NGBANDA NZAMBO sur les radios patriotiques ce Samedi 12 avril 2014

Annonce-emission-du-12-avril-2014

FLASH ! 

EMISSION SPECIALE

avec

HONORE NGBANDA NZAMBO

President national de l’APARECO

Samedi 12 Avril 2014 A 20H00 ( Heure de Kinshasa) 

en direct des radios patriotiques Polele,Lobiko,Bendele,Congohorizons

Plusieurs themes seront abordes : Sommet UE-Afrique, Remaniement ministeriel en RDC, L’APARECO et les elections de 2016, Genocide rwandais, Resistance congolaise, minerais de sang,  etc…

A suivre sur :

http://radiotvbendele.com/
http://www.radiotvlobiko.com/
http://www.radiopolele.com/
http://www.congohorizons.com/
http://www.vraipatriote.com/

www.info-apareco.com ou www.apareco-rdc.com

+Continue Reading

martin-kobler-et-le-congo

Kingakati, Goma et les contre-vérités de Martin Kobler

« Ils nous dominent plus par l’ignorance que par la force. » S. BOLIVAR

Depuis la guerre de l’AFDL, l’ouverture de la RDC au néolibéralisme est au cœur de plusieurs rencontres au sommet. La permanence de cette guerre de basse intensité semble participer de la thérapie de choc administré à un pays aux habitants soupçonnés d’être majoritairement ”souverainistes”. Les convaincre des bienfaits de l’application du ”consensus de Washington” dans la partie orientale de leur pays est une préoccupation partagée au cœur de la communauté internationale voulant à tout prix ”néocoloniser” l’Afrique et la RDC ad vitam aeternam.

Après ”la messe noire” (du jeudi 20 mars 2014) de Kingakati réunissant 500 Congolais disposés, pour un certain nombre d’entre eux, à mourir pour ”le rais” si un quidam l’empêchait d’ajouter des mandats supplémentaires aux deux frauduleux qu’il a déjà eus, une rencontre sur la gestion ”régulée” et ”juste” des matières premières a eu lieu à Goma à partir du dimanche 23 mars ; une date lourde historiquement pour le pays de Patrice Lumumba.

Parmi les personnes ayant pris la parole à Goma, il y a Martin Kobler. Voici ce qu’il a (entre autres) dit selon la radio Okapi : « Il faut produire plus, vendre plus, gagner plus. L’investissement au secteur privé est une condition sine qua non du développement durable et pérenne du secteur minier dans l’Est de la RDC. » Qu’est-ce qui pousse Martin Kobler à soutenir cette contre-vérité ? La Monusco est-elle la vendeuse du ”consensus de Wahsington” fondé sur les principes de la dérégulation, de la libéralisation et de la privatisation ? Où Martin Kobler a-t-il vu la privatisation marcher de pair avec une économie régulée par l’Etat et ”juste”, c’est-à-dire répondant aux exigences de la souveraineté étatique et de la justice sociale ? Comment un ressortissant d’une Europe où les transnationales occupent des pans entiers de l’espace public après avoir ravi aux Etats et aux parlements nationaux leurs compétences souveraines peut vouloir berner les Congolais(es) en leur faisant croire que ”la privatisation” a des vertus développementales durables et pérennes ?

L’Europe, elle-même, pour y avoir cru est en train d’imposer à ses citoyens des programmes d’ajustements structurels dans une austérité génératrice de la famine, de la misère et du fascisme ; les extrêmes y explosent[1] et des citoyens abandonnés à leur triste sort ne savent plus à quel saint se vouer ! Raf Custers en témoigne quand il écrit : « Chez nous aussi, on bricole frénétiquement un Etat de développement, mais celui des transnationales. L’union européenne et ses partisans dans les Etats membres imposent au peuple une politique de privatisations et de famine. Cette thérapie de choc est la variante européenne des Ajustements structurels qui ont été appliqués à l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine, l’Europe centrale et de l’Est. Là aussi cette politique a débouché sur l’appauvrissement de la population et l’extension démesurée des transnationales.

Celles-ci font main basse sur une part de plus en plus grande du domaine public. »[2] Et elles bénéficient de l’appui de la troïka composée de la Commission européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne ligués comme une seule institution contre le peuple européen. L’Espagne, la Grèce, le Portugal, etc. en paient déjà le prix. Et un prix fort. Dans ces pays, les peuples descendent dans les rues pour résister contre la destruction européenne des acquis sociaux au nom du fondamentalisme du marché. Martin Kobler propose donc à l’Est de la RDC, une recette qui a déjà échoué en Afrique et qui est en train d’échouée en Europe en créant de graves inégalités.

Depuis qu’il a parlé, aucune voix ne s’est levée, parmi ”les gouvernants congolais”, pour fustiger cette contre-vérité. Pourquoi ? L’une des raisons serait que la RDC est un ”Etat-manqué” ; et dans ”un Etat-manqué”, l’application du ”consensus de Washington” conduit à une thérapie de choc dont ”les élites compradores” tirent un profit énorme.

Cela d’autant plus qu’un ”Etat-manqué” ou ”failli” est le produit de l’application des politiques néolibérales par le réseau transnational de prédation auquel appartiennent lesdites élites. Dans une certaine mesure, ”le coup d’Etat” préparé à Kingakati pourrait être mis au service de l’application de la privatisation chère à Martin Kobler. Lui comme les autres parrains du pouvoir fantoche de Kinshasa sont contre ”l’étatisme”, ”la nationalisation des entreprises publiques” et le contrôle sociale et stratégique de la gestion des matières premières. L’une des raisons justifiant cet état d’esprit est que ce beau monde obéit au principe selon lequel ”les matières premières appartiennent à toute l’humanité[3]”. Il y en a même qui estiment qu’elles leur appartiennent et qu’elles se retrouvent ailleurs par erreur géographique.

Tout ce qui précède est un constat révélateur d’une question grave : « Qui gouverne le Congo ? » Ce pays est sous l’occupation des pays voisins et sous la tutelle de la communauté dite internationale par ”les chevaux de Troie” interposés.

Comment mettre fin à cette occupation et cette tutelle ? Ici, les compatriotes s’empoignent. Il y en a qui estiment que ”les chevaux de Troie” ayant usurpé le pouvoir après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila doivent être eux-aussi assassinés pour que le Congo soit finalement dirigé par ses dignes filles et fils. Pour ces compatriotes, le changement des rapports de force n’est qu’à ce prix. Pour d’autres, une justice transitionnelle réparatrice des torts causés au pays et à ses habitants peut déboucher sur un Etat de droit. Pour d’autres encore, une formation sûre et patiente des masses critiques à partir des luttes citoyennes et partisanes portées par quelques défis dont celui du respect de la souveraineté de la RDC pourraient être, à moyen terme, à la base de la refondation d’une véritable République au cœur de l’Afrique. Le débat est toujours en cours…

Comment créer des espaces où ces différentes hypothèses peuvent être débattues froidement et leurs porteurs tant soit peu identifiés ? La méfiance créée par les trahisons dont plusieurs compatriotes ont été victimes tout au long du ”génocide congolais” ne facilite pas la tâche. Ce qui est plus ou moins sûr est que plusieurs ”minorités organisées en conscience” se rencontrent, tentent des synergies, débattent et essaient, malgré les échecs et les trahisons d’avancer dans la recherche d’une meilleure orientation facilitant le renversement des rapports de force.

Les médias alternatifs, au pays comme dans la diaspora, jouent un rôle important dans cette lutte d’émancipation politique. Tout ceci finira par donner naissance à un imaginaire alternatif collectivement partagé, à même de relativiser les discours des Kobler et de bien d’autres ”maîtres du monde”. Une jonction avec des alliés du Nord, victimes ”conscientes” du ”consensus de Washington”, peut être de quelque utilité dans cette lutte.

Bruxelles, Mercredi 26 Mars 2014

Jean-Pierre Mbelu Babanya Kabudi

L’OEIL DU PATRIOTE


[1] Lire E. DREYFUS, Extrêmes droites européennes. En Ukraine, les ultras du nationalisme, dans Le Monde diplomatique, n° 720, mars 2014. Lire aussi Belgique, France, Grèce, Hongrie, Inde, Japon..Nouveaux visages des extrêmes droites, dans Le Monde diplomatiques. Manière de voir, 134, Avril-Mai 2014.
[2] R. CUSTERS, Chasseurs de matières premières, Bruxelles, Investig’action, 2013, p. 236

+Continue Reading

Nomination des représentants de l’APARECO pour le Canada

visuel-nominationrepresentants-apareco-canada-1024x789

Alliance des Patriotes pour la refondation du Congo

 Secrétaire Général adjoint chargé de l’Administration,des Ressources Humaines et de l’Intendance

Nomination des représentants 

de l’APARECO pour le Canada

Le Secrétariat Général de l’APARECO porte à la connaissance de tous, que par sa décision N°08/25032014/PN, le Président National de l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo (APARECO en sigle), sur propositions du Secrétaire Général a.i. et suggestions de la base, a procédé ce 25 mars  2014 à la modification partielle de la  mise en place générale des cadres supérieurs et subalternes de l’APARECO;

 A cet effet, sont nommés à compter du  25 mars 2014 au poste de :

- Président Régional  de l’APARECO pour le Canada :

Monsieur  Mangongo Monga Akambu

  • - Vice-président Régional  de l’APARECO pour le  Canada :

Monsieur Bamo Bamusamba

  • - Premier Conseiller de l’APARECO pour le  Canada:

Pasteur Willy Diakesse

  • - Secrétaire de l’APARECO pour le  Canada :

Monsieur Clément Lomangho

  • - Trésorière de l’APARECO pour le  Canada:

Madame Esther Bilonda Kandolo

La présente circulaire a pour objet d’informer les cadres, membres et sympathisants de l’APARECO de la décision du Président National qui entre en vigueur à la date de sa signature.

Fait,  à Paris le 25 Mars 2014

 KIZOZO RAPHY

Secrétaire Général adjoint chargé de l’Administration,

des Ressources Humaines et de l’Intendance

—————————————————————————

Contact APARECO - Canada

 Email : aparecocanadamongaw@gmail.com

Tel. 00 1 403 470 6283

+Continue Reading

Sale temps pour Paul Kagamé à Dublin: Traqué par les congolais, l’Hitler africain escorté par la police irlandaise, s’est fait évacuer par la porte de service !

LDP-Sale-temps-pour-kagame-a-dublin1

Sale temps pour Paul Kagamé à Dublin: 

Traqué par les congolais, l’Hitler africain escorté par la police irlandaise, s’est fait évacuer par la porte de service !

 

Les 22 et 23 mars derniers s’est tenu à Dublin les travaux de la Commission onusienne (de haut-niveau) pour le développement numérique. Cette commission est coprésidée par Paul Kagame, le président du Rwanda et M. Carlos Slim Helú de Telecom tycoon. Le Secrétaire général de l’UIT, Hamadoun Touré, et la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, en assurent les fonctions de vice-présidents. Officiellement, cette commission se donne pour objectif   d’élaborer des stratégies favorisant la mise en place de systèmes de transmission haut-débit dans le monde entier et d’étudier les applications possibles pour que le haut-débit améliore l’accès à des services sociaux comme la santé, l’éducation, la gestion de l’environnement, la sécurité, et bien d’autres domaines. De très nobles et louables intentions…

Mais officieusement, quand on sait comment l’actuel régime rwandais orchestre le pillage des matières premières en RDC,  et particulièrement du Coltan, minerai essentiel de l’industrie électronique,   on a vite fait de comprendre que Kagame et ses complices se sont sans doute constitués là encore un autre réseau pour couvrir leurs nombreux forfaits dans le monde en général, et en RDC en particulier.

Réunis dans les luxueuses salles du Shelbourne hotel à Dublin sous les hospices du propriétaire des lieux, le milliardaireDenis O’Brien (propriétaire de la compagnie de téléphonie mobile Digicel)., les participants à ces travaux ne s’attendaient sans doute pas à vivre ce qu’ils y ont vécu ce week-end.

Les congolais interpellent le 1er min irlandaisEn effet, plusieurs congolais ont investi les lieux dès le samedi 22 mars aux environs de 9h du matin à la recherche de celui qui a été surnommé l’Hitler africain, tant le nombre de ses victimes congolaises se chiffre désormais en millions. Regroupés devant et derrière l’hôtel, les congolais en scrutaient tous les issus  à la recherche de Paul Kagame. Banderoles, tracts et slogans à l’appui, ils ont veillé à ce que les passants dans la rue, les clients de l’hôtel,  les participants au forum, et les autres membres du personnel de l’hôtel reçoivent le message d’indignation des congolais outrés par la présence de ce génocidaire  rwandais  sur le territoire irlandais. Si le sit-in des congolais s’est relativement déroulé dans le calme durant la première journée, la deuxième s’est avérée bien plus mouvementée. Pour preuve,  au moins deux congolais ont été interpelés par la police déployée sur place. Et comme en témoigne les images, le Premier Ministre irlandais Enda KENNY qui s’était rendu  lui aussi au Shelbourne Hôtel le dimanche, a  été durement interpellé par deux membres de l’APARECO qui lui ont rappelé le rôle et la responsabilité de Kagame dans la tragédie de la région de Grands Lacs africains. Monsieur KENNY  a expliqué aux congolais qu’il était là par simple courtoisie diplomatique car, au vue du rang protocolaire de Paul Kagame, il se devait de le rencontrer pour au moins le saluer. Mais sa présence ne devait pas être interprétée comme une caution du gouvernement irlandais aux crimes reprochés au président rwandais. Sa réponse n’a pas convaincu les congolais: Hitler serait-il plus fréquentable s’il avait la peau noire et tuait essentiellement des noirs? Paul Kagame qui est à juste titre considéré comme “l’Hitler africain” est un criminel responsable de plusieurs millions de morts dans la région de Grands Lacs. Ceux qui tentent sciemment aujourd’hui de le faire passer pour un petit saint seront appelés  demain …ses complices.

Les congolais ont poursuivi leur sit-in  et leur mobilisation était telle qu’à la fin de la journée, Paul Kagame n’était plus en mesure d’ utiliser sa voiture officielle pour quitter les lieux. Les policiers irlandais ont tenté vainement et à maintes reprises de faire diversion pour le sortir de l’hôtel par la grande porte où était disposé son cortège avec motards, mais la colère des congolais était telle que les autorités irlandaises ont craint le débordement.   En outre, les policiers irlandais se sont rendus compte que leur tache était compliquée par le fait qu’au moins  4 ou 5 congolais qui avaient réussi à s’infiltrer dans l’hôtel Shelbourne à la recherche de Paul Kagame s’étaient constitués en antenne qui informait leurs compatriotes massés à l’extérieur du moindre mouvement du criminel rwandais qui tentait désespérément de prendre la poudre d’escampette.

Au bout de plus d’une heure de vaines tentatives pour exfiltrer Pol pot Kagame de cet hôtel qui ressemblait désormais de plus en plus à un guet apens, la police irlandaise a du le sortir par la petite porte de service derrière l’hôtel, confiné dans une BMW entre deux policiers en civil. Quelle ironie pour celui qui avait surnommé les congolais les “BMW “ pour leur attachement aveugle à  la bière , l’argent et les femmes ( en anglais : Beer-Money -Wife). Malheureusement pour lui, il apprend aujourd’hui à ses dépens que son entreprise macabre dans notre pays ne sera pas aussi aisée qu’il a voulu le laisser croire à ceux qui ont eu la naïveté de l’écouter et même de le soutenir dans cette voie sans issu. Si l’ignorance des congolais de ce qui se tramait dans leur dos a  bénéficié  hier à leurs ennemis, leur réveil  et leur colère sonne aujourd’hui le glas  des ambitions funestes de  Kagame, ses alliés et ses complices.

Un garde du corps rwandais armé est terrassé 

par la gifle d’un congolais !

 gifle 1Un autre incident devrait faire réfléchir  sérieusement Kagamé et toute sa soldatesque rwandaise au sujet de cette colère qui  bouillonne actuellement dans les cœurs des Congolais et de la détermination qui les anime dans ce noble combat pour la libération de leur pays occupé. En effet, ayant été prévenus par leurs compatriotes se trouvant à l’intérieur de l’hôtel que Kagame se faisait évacuer par l’arrière (apparemment en passant par les cuisines pour emprunter une sortie réserver au stockage des poubelles), un groupe de congolais a vite rejoint l’emplacement où s’étaient effectivement déployé quelques uns de ses gardes du corps. L’un de ces derniers a fait mine d’exhiber (comme par un geste indiscret) l’arme qu’il portait sur lui, sans doute dans l’espoir que cela aurait un effet dissuasif sur ceux des Congolais qui devenaient des plus menaçants. Mal lui en prit ! Car son geste provoqua plutôt un effet contraire. Monsieur Honoré Kadima Tshamala, l’un des patriotes congolais qui se trouvait a coté de lui, ayant considéré ce geste comme une provocation, lui assena sans crier gare une claque tellement forte que le garde du corps de Kagamé qui ne s’y attendait surement pas s’est retrouvé les quatre pattes en l’air, hué par les congolais présents, et sous les regards interloqués des policiers irlandais .

Ce compatriote, bien qu’ un peu souffrant ce jour-la et malgré le temps pluvieux, avait tenu néanmoins à se joindre aux autres congolais pour manifester contre le “boucher de Kigali”. La détermination et la ferme volonté des congolais à se défendre désormais contre quiconque les menacent alors qu’ils défendent leurs droits légitimes constituent désormais un paramètre que les ennemis du Congo vont devoir  prendre en considération.

Le président national de l’APARECO, Monsieur Honoré Ngbanda, félicite tous les congolais qui se sont mobilisés pendant ces deux jours en Irlande contre la présence de Kagame. Il salue leur détermination, leur pugnacité et surtout leur capacité d’œuvrer dans la discrétion pour surprendre l’ennemi au bon moment. Car toutes les batailles ne s’annoncent pas d’avance !  Il invite également tous les patriotes congolais à  s’inspirer de cet exemple et à redoubler de vigilance, parce que Kagame est encore en vadroullie en Europe où il attend pour participer les 2 et 3 avril prochains au Sommet UE/Afrique à Bruxelles, en compagnie …d’Hyppolite Kanambe alias “Joseph Kabila”. A suivre donc !

Paris, le 25 mars 2014

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE

Pour voir l’extrait video du Sit-in des congolais à Dublin cliquez ci-dessous :

Les congolais interpellent le 1er min irlandais

kagame adolphe hli

+Continue Reading

Deux hauts cadres de l’Apareco reçus à Bruxelles par les représentants des multinationales opérant dans l’industrie électronique (EICC)

lukika-et-clovis-recu-final

Deux hauts cadres de l’Apareco reçus à Bruxelles par les représentants des multinationales opérant dans l’industrie électronique (EICC)

Après le succès sans précédent de la conférence de presse tenue hier à Bruxelles par le front commun des patriotes résistants, l’Alliance des patriotes pour la refondation du Congo vient de remporter une autre victoire. Tenez! Les deux hauts cadres de l’Apareco en la personne de M. Patrick Lukika (Secrétaire national exécutif chargé de la mobilisation et idéologie) et M. Clovis Mbikay (Président régional de l’Apareco -Europe) viennent d’être reçus aujourd’hui à Bruxelles par représentants des multinationales opérant dans l’industrie électronique (EICC: Electronic Industry Citizenship Coalition). Les détails de cette importante rencontre vous seront communiqués tout prochainement.


(ENGLISH) 

 Flash / Two high-ranking members of APARECO received in Brussels by representatives of multinationals operating in the electronics industry (EICC)

After the unprecedented success of the press conference held yesterday in Brussels by the common front of the resistant patriots ((Front Commun des Patriotes Résistants), the Alliance of the Patriots for the Rebuilding of Congo (Apareco) has won another victory. In fact, the two senior members of the APARECO in the person of Mr. Patrick Lukika (National Executive Secretary for the mobilisation and ideology) and Mr. Clovis Mbikay (Regional President for APARECO/Europe) have just met today in Brussels with top representatives of multinationals operating in the electronics industry (EICC: electronic industry Citizenship Coalition). The details of this important meeting will be communicated to you very soon.

Paris, Mercredi 19 Mars 2014

POUR L’OEIL DU PATRIOTE

Grégoire WATUPA
Secrétaire national exécutif en charge de la presse
et communication au sein de l’APARECO

+Continue Reading

Un groupe de Rwandais et de supposés « Congolais » tentent de voler au secours de Vital Kamerhe

Un groupe de Rwandais et de supposés

« Congolais » tentent de voler au secours

de Vital Kamerhe

 LDP un groupe de rwandais tentent de voler au secours de Kamerhe

Je connais depuis bien longtemps la ruse et la mystification qui caractérisent certains Rwandais mais je ne pensais pas qu’ils soient à ce point tordus et décérébrés. En mal de sensation, croyant aider l’un des leurs infiltres en RDC, un groupe de Rwandais et de supposés « Congolais » qui se dissimulent derrière le site « Jambo News Channel » , n’ont pas trouvé mieux, pour venir à la rescousse de leur compatriote Vital Kamerhe Rwakanyasigize, que de broder une histoire abracadabrante sur la soi-disant origine « soudanaise » de monsieur Honoré Ngbanda.

Pire encore, ils n’ont pas hésité par ce fait-même et de manière sournoise, pour tromper les crédules parmi de vrais Congolais, de travestir pour ne pas dire contester les théories linguistiques solidement établies et admises par tous les spécialistes en philologie africaine. La vidéo postée le 15 mars 2014 sur You Tube atteste clairement l’ignorance crasse et la médiocrité de ses auteurs.( pour voir la video cliquez ici:  Jambo news tente de voler au secours de Kamerhe en s’en prennant a Honore Ngbanda )

L’écrivain français Michel Audiard avait plutôt raison lorsqu’il disait que « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. »

Pour ce faire, je voudrais leur rappeler seulement que ce sont les langues qui, en Afrique, déterminent l’appartenance à  tel ou tel autre groupe de population. On est bantou par le fait d’être le locuteur d’une des langues de la famille linguistique dite bantoue d’après les typologies et les classifications faites par les professeurs Joseph Greenberg et Malcom Guthrie, deux éminents spécialistes de renom en ce domaine. Ici, il faut aussi citer le travail important du professeur Congolais (Brazzaville) l’égyptologue et linguiste Théophile Obenga. Il en est de même, des locuteurs d’une des langues appartenant à la famille de langues dites soudanaises qui n’ont absolument rien à voir les actuelles républiques du Sud Soudan et du Soudan. On parle plutôt l’arabe et ses dialectes au Soudan alors que les langues dites soudanaises sont uniquement parlées dans le nouvel Etat du Sud Soudan.   

Il serait donc bien aberrant de dire que les Bantous de la RDC sont ou peuvent être en même temps des Angolais, des Camerounais, des Gabons, des Mozambicains ou des Zambiens par le simple fait qu’on trouve aussi des populations bantoues dans ces différents pays. Il serait également aberrant, par extrapolation, de soutenir que les Français sont en même temps des Italiens ou des Espagnols parce qu’ils parlent tous des langues latines ou encore les Allemands, les Flamands et les Néerlandais sont pareils par le fait de parler tous des langues germaniques.

Ceci étant dit, je vous présente ci-après le parcours de vie ainsi qu’un aperçu de la généalogie de monsieur Honoré Ngbanda pour que celui ou celle qui aurait de preuves contraires puissent les exhiber publiquement. En revanche, j’invite les Rwandais (et les supposés Congolais) du site Jambo News Channel de nous présenter, même brièvement la généalogie de Vital Kamerhe Rwakanyasigize qui prétend être Congolais.

Le parcours de vie

 Monsieur André-Honoré NGBANDA-NZAMBO KO ATUMBA est né le 5 mai 1946 à la maternité de Lisala et sa carte de baptême du même mois est toujours disponible dans les archives de l’archidiocèse de Lisala.

Son père congolais : Grégoire NZAMBO-NYANGE, il est Ngbandi et originaire du village Mbondo situé à 3km d’Abuzi(secteur) près de la rivière Legbala ou Ebola (qui a donné son nom au virus de Yambuku connu sous le nom du «virus Ebola»), dans le territoire de Yakoma, district de Nord Ubangi dans la province de l’Equateur.

Monsieur Grégoire Nzambo-Nyange est né à Mbondo de père HUNDA et de mère FUNGA, tous originaire de Mbondo. Le grand-père de Nzambo (donc l’arrière-grand-père paternel de Ngbanda s’appelle NYANGE. Sa grand-mère (c.à.d l’arrière-grand-mère maternelle d’H Ngbanda) s’appelle YUWA.

Du côté maternel, Honoré Ngbanda est né de mère congolaise d’origine ngbandi : Catherine NGUNVALE-MBOMBO, originaire du village Ndjobo, secteur de Wapinda (voisin d’Abuzi) territoire de Yakoma, district du Nord-Ubangi, province de l’Equateur. Son père (le grand-père maternel de Ngbanda) s’appelle DANDA et sa mère s’appelle ATUMBA : c’est donc la grand-mère maternelle d’Honoré Ngbanda dont il porte d’ailleurs le nom. Son grand-père (donc l’arrière-grand-père maternel d’Honoré Ngbanda) s’appelle MBOMBO, originaire du village Ndjobo, secteur Wapinda, territoire Yakoma, district de Nord Ubangi, province de l’Equateur. Telle est la généalogie d’Honoré Ngbanda jusqu’à la troisième génération, et que tout le monde peut aller vérifier à la souche sans le moindre obstacle ni confusion.

Monsieur Grégoire Nzambo, le père d’Honoré Ngbanda, a fait les humanités latines au petit séminaire de Molegbe à Banzyville (Mobayi-Mbongo) avant de devenir enseignant dans le même diocèse. Il alla ensuite travailler dans la société agricole Unilever à Yangambi dans les années 1943. A la suite de l’éclatement de la deuxième guerre mondiale en 1940, ses chefs belges décidèrent son affectation dans sa province d’origine (Equateur). Il fut donc affecté dans la succursale de la même société à Liweya, situé à mi-distance entre Bumba et Lisala. Vers les années 1950, il sera affecté dans la nouvelle succursale de Bosondjo où Honoré Ngbanda a fait toutes ses études primaires dans la Mission catholique de Roby. Il compte des nombreux amis de l’école primaire dont certains sont encore vivants.

Nous pouvons citer Raphaël AssoyaDieudonné EbatiCharles Manzangu qui est devenu même le Directeur Général de ladite société de Bosondjo et de Binga. Il est le grand frère de Maître Jimmy Ambumba, celui-là même que Kanambe traque comme coordonateur des hommes du terrain d’Honoré Ngbanda. Le colonel Motoko, l’actuel SNE de l’APARECO est parmi les nombreux «cadets» de promotion d’Honoré Ngbanda à Roby et à Lisala. Le père d’Honoré Ngbanda est connu de tous les originaires de Bosondjo et Lisala où il fut parmi les congolais dits évolués à l’époque coloniale et cadre de direction en tant que comptable principal après l’indépendance du Congo.

En 1960, juste après la célébration de l’indépendance du Congo, Honoré Ngbanda a fait son entrée au petit séminaire de Bolongo à Lisala où il est sorti avec le diplôme des humanités littéraires de la première promotion des examens d’Etat en 1967 avec 79%. En tant que capitaine de l’équipe de football du petit séminaire de Bolongo, «LUPA» (ce qui veut dire en latin : louve), l’une des meilleures de la région à cette époque, monsieur Ngbanda fut l’une de grandes vedettes sportives que toute une génération a connue à Lisala sous le sobriquet de «Mozart» à cause de sa virtuosité dans un autre domaine : la musique ! Monsieur Alphonse Ebama est l’un de ses promotionnaires depuis 1961, et il a déjà fait plusieurs témoignages éloquents de leur jeunesse.

L’enfance et la jeunesse d’Honoré Ngbanda sont jalonnées de témoignages et de preuves historiques indiscutables ! Il n’y a dans son parcours aucun ombre ni trou noir. Ce qui n’est pas le cas pour certains autres.  

Contrairement à beaucoup de dignitaire de la 2ème République, Monsieur Ngbanda avait construit sa plus grande résidence, non à Kinshasa, mais à Abuzi où Mobutu se trouvait d’ailleurs durant la nuit où Habyarimana a été assassiné. Monsieur Ngbanda a remis en état, l’aérodrome d’Abuzi que son oncle paternel, le général Bobozo avait construit pour le développement de cette petite ville que les originaires appellent coquettement depuis l’époque coloniale : « Abuzi-Paris». Honoré Ngbanda a laissé à Abuzi deux plantations de café et une plantation de palmerais. Il avait électrifié la ville d’Abuzi, restauré et rééquipé l’hôpital en matériel et médicament, il avait réfectionné avec le général Mahele et Seti Yale la route Bumba-Abuzi-Yakoma de plus de 300km. Des réalisations qu’on peut vérifier aujourd’hui auprès des populations qui pleurent l’absence de leur « fils » et leader dont elles attendent le retour avec impatience !

Fiche biographique d’André Honoré NGBANDA NZAMBO KO-ATUMBA

Né à Lisala, le 5 mai 1946

Village :                      Mbondo

Secteur :                    Abuzi

Territoire :               Yakoma

District :                   Nord-Ubangi

Province :                 Equateur

Pays :                        République Démocratique du Congo

 

Père :                         Nzambo-Nyange Grégoire

Grand-père :              Hunda

Grand-mère :             Funga

Arrière-grand-père :   Nyange

Arrière-grand-mère :  Yuwa

Mère :                        Ngunvale-Mbombo Catherine

Grand-père :              Danda

Grand-mère :             Atumba

Arrière-grand-père :   Mbombo

Arrière-grand-mère :  Bobo

Enfin, je me demande, n’en déplaise aux Rwandais et à leurs « idiots utiles » congolais, si tous les leaders et hommes politiques en RDC sont capables de présenter avec autant de clarté leur CV et de remonter aussi loin leur arbre généalogique pouvant être vérifié par des témoins encore vivants ? 

José Yango W’Etshiko

(Yajovin)

Historien (Maître de conférences) et patriote-résistant

  carteLanguesAfrique

 

+Continue Reading

Les élections de 2016 et ces Congolais(es) qui ont perdu la vue !

MBELU-ELECTIONS-apareco1

Les élections de 2016 et ces Congolais(es) qui ont perdu la vue !

« Ils nous dominent plus par l’ignorance que par la force. » S. BOLIVAR

Nous avons un problème. Un problème très sérieux. Plusieurs d’entre nous doivent avoir perdu ou la tête ou la vue. Ou les deux à la fois. Que ceux qui en doutent suivent attentivement la vidéo de la dernière conférence du Président de la CENI aux USA. Ils verront que la dénomination ”NED” (la Fondation pour le développement de la Démocratie) apparaît sur un mur. Il n’est donc pas exclu que cette organisation américaine soit parmi les organisateurs de cette conférence sur les futures élections en RDC. D’ailleurs, ce n’est un secret pour personne que plusieurs ONG de droits de l’homme et certains partis politiques en RDC bénéficient du soutien de la NED et de l’USAID.

Revenons à la NED. Qui ont été et sont les membres de son Directoire ? Plusieurs figures de l’establishment conservateur US dont Henry Kissinger, Madeleine Albright, Francis Fukuyama, Zbigniew Brzezinski, John McCain, Paul Wolfowitz, etc. Et voici ce que l’un de ses directeurs, Allen Weistein, confie au journal américain, le Washington Post, le 22 septembre 1991 : « Beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait de manière occulte par la CIA, il y a 25 ans »[1]. L’inversion sémantique fait que plusieurs compatriotes, membres des ONG ou des partis politiques bénéficiant de l’aide de la NED, ne comprennent pas qu’ils travaillent avec ”une petite main” des services secrets américains. Et la NED travaille avec tout un réseau d’autres Fondations et Instituts qui déstabilisent les pays et les Etats s’opposant au fondamentalisme du marché et disposant à mettre leurs richesses au service de leurs peuples. En d’autres mots, la NED comme l’USAID font partie des ”agences et instruments « made in USA » de la sédition” dans plusieurs pays révolutionnaires et progressistes. A travers ces Fondations et Instituts, les USA et leurs alliés véhiculent un message : « Les peuples et les Etats qui sont contre le fondamentalisme du marché, les programmes d’ajustement structurel et les mesures d’austérité édictés par le FMI et la Banque mondiale sont contre nous et doivent être combattus. » Car, estiment-ils, celui qui n’est pas avec nous et contre nous. Et être avec eux, c’est travailler pour l’enrichissement du 1% des oligarques d’argent, pour l’explosion des inégalités et contre la justice sociale et l’égalité des chances.

Se laisser financer et contrôler par eux, c’est être pour eux et contre l’émancipation des peuples du fondamentalisme du marché.
Divaguer sur les futures élections en RDC en restant aveugles à l’endroit de tous ces voyages effectués par le Président de la CENI est une bêtise. Même si Internet est devenu une machette à double tranchant, il nous permet aujourd’hui de visiter des médias alternatifs pouvant nous aider à lire autre chose que la sauce aveuglante que nous servent les médias dominants. La guerre dite de ”la quatrième génération” mérite d’être maîtrisée dans son modus operandi. Elle se mène par le truchement ou des proxys ou des mouvements de jeunes et d’opposition[2] fabriqués dans les universités et les laboratoires occidentaux.

Lutter contre la manducation des cœurs et des esprits exigera aux compatriotes africains et congolais de rester attentifs à tout ce qui se passe dans notre monde d’aujourd’hui.

Les maîtres du monde ont des difficultés dans leur projet de domination avec la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran, la Syrie et plusieurs pays de l’Amérique Latine regroupés dans la CELAC ou l’ALBA. Franchement, l’Amérique Latine est en train de leur échapper comme ”arrière-cour”. Il ne leur reste plus que certains pays du Moyen-Orient et l’Afrique. Ils ont un sérieux besoin de pétrole et de ressources minérales pour leurs industries. Ils ont des plans déjà élaborés sur la manière dont ils doivent procéder pour avoir un accès permanent à ce marché qu’ils souhaitent non-régulé. Qu’ont-ils comme armes ? Le mépris racial, l’exacerbation de la haine entre les peuples d’Afrique, nécessaire à la politique du ”diviser pour régner”, la corruption des élites formées dans leurs écoles et universités, l’instrumentalisation des minorités, etc. A partir d’où agissent-ils ? De l’ombre. De plus en plus au vu et au su de tous. Ou du moins de ceux qui ont des yeux et voient. Quels sont leurs moyens ? L’argent confié aux ONG et aux IFI, l’ONU, la culture de l’ignorance au nom du pragmatisme, la désinformation par les médias dominants interposés et les autres ”petites mains du capital”.

Revenons à la RDC. Les fréquentations actuelles du Président de la CENI, de plusieurs organisations de la société civile et de certains partis politiques congolais donnent un mauvais signal. Il ne faudra pas attendre 2016 pour comprendre cela. La RDC est encore très mal partie. Compter uniquement sur ces élections, c’est attester que la sorcellerie néolibérale et l’ignorance qu’elle entraîne sont plus fortes que tout. Comme Simon Bolivar l’avait déjà compris : « Ils (les maîtres du monde) nous dominent plus par l’ignorance que par la force. » Une ignorance voulue, entretenue à coup de propagande mensongère par des élites ayant fait de leur ventre leur dieu ou subie par des masses populaires livrées à elles-mêmes et/ou à des spiritualités imbécilisantes par manque d”’intellectuels organiques” et patriotes, héritiers de spiritualités vivantes et traditionnelles.

Bruxelles, Samedi 22/03/2014
Mbelu Babanya Kabudi
Philosophe & Analyste politique


 [1] Lire A. BORON, Agences et instruments « made in USA » de la sédition au Venezuela, dans Legrandsoir.info, du 06 mars 2014.
[2] A. VITCHEK, Comment l’Occident fabrique les mouvements d’opposition, dans Le grandsoir.info, du 21 mars 2014.

+Continue Reading

Désespérés “Joseph Kabila” et les siens se lancent dans des mises en scène douteuses à Kinshasa

Kanambe-et-les-siens-se-lancent-dans-des-mises-en-scène-douteuses1

Désespérés “Joseph Kabila” et les siens se lancent

dans des mises en scène douteuses à Kinshasa

Depuis que “Joseph Kabila”  a usé de toutes les stratégies pour tenter de convaincre Monsieur Honoré Ngbanda , le « leader de la résistance congolaise» de rejoindre la mangeoire nationale, espérant ainsi «stopper» la marche irréversible de la résistance congolaise pour la libération de notre pays le Congo, les «experts» autour de l’imposteur lui ont conseillé de recourir dorénavant à l’intoxication de l’opinion congolaise pour casser l’image du «résistant» que porte vaillamment le président de l’APARECO. Ainsi, deux scenarios diaboliques ont été imaginés à cet effet : un discours mis dans la bouche des prisonniers militaires qu’on vient de libérer des prisons, et … l’insertion du nom d’Honoré Ngbanda dans la liste du gouvernement qui va sortir bientôt.     

245 militaires congolais sortis de prisons “supplient”

Honoré Ngbanda d’accepter “l’amnistie”et de rentrer au pays

Plus rien ne se fait aujourd’hui en République Démocratique du Congo sans l’ombre de tricherie ou de corruption. L’amnistie dont viennent de bénéficier 245 militaires congolais qui sont sortis de la prison de Makala (CPRK) ce mardi 4 mars 2014 l’a été en échange d’un discours que « Joseph Kabila » a mis dans leur bouche pour réciter devant la presse congolaise. Ces militaires qui ont tous déclarés avoir été arrêtés suites aux tentatives ratées des attaques dirigées par Honoré Ngbanda pour renverser le pouvoir ont lancé des «appels pathétiques» à Honoré Ngbanda afin qu’il accepte “l’amnistie” et qu’il abandonne sa lutte pour venir servir le Congo. Le même appel a été lancé au général Munene et Mukungubila ainsi qu’à Maître Jimmy Ambumba, le coordonateur des activités d’Honoré Ngbanda, pour qu’il abandonne  ce dernier, s’il s’entêtait à poursuivre son action, et qu’il rentre au pays où des postes de responsabilité les attendent.

 

PN

Faire figurer le nom d’Honoré Ngbanda dans le

prochain “gouvernement de cohésion nationale”

C’est l’une des recettes diaboliques que Janet “Kabila” a ramenées de Kigali. Les « experts » rwandais ont suggéré à Hyppolite Kanambe d’utiliser la méthode d’intoxication pour casser l’image de résistant d’Honoré Ngbanda. Il faut dorénavant poser des actes et lancer des propos qui sèmeront le doute dans la tête des patriotes congolais sur la probité morale et la fiabilité politique de leur leader. Pour commencer, il a été proposé d’insérer le nom d’Honoré Ngbanda dans la liste des membres du gouvernement qui sortira bientôt avec Minaku comme premier ministre.  Kanambe et les siens envisagent ainsi  en désespoir de cause , de faire semblant de nommer le Président de l’APARECO  au poste de Vice-1er Ministre,  Ministre de la Défense Nationale et des Affaires Intérieures-Sécurité du Territoire,  avec deux vices ministres qui seraient les réels titulaires conformément à la stratégie habituelle de Kigali en vue du  noyautage des institutions de la RDC. Et les deux vices ministres nommés ne seraient autres que  Azarias Ruberwa à la Défense et Moise Nyarugabo à l’intérieur.

Ainsi se disent Kanambe et ses complices , après le refus plus que probable de Monsieur Ngbanda , ils affirmeront que le «raïs» ne pouvait pas le nommer dans le gouvernement sans son “accord préalable”. Cet incident leur permettra de troubler les esprits faibles et de faire croire à un contact secret entre les deux hommes ! Même en cas de démenti par Ngbanda, un sérieux doute se sera malgré tout glisser  dans les esprits. Il est prévu que  les agents collabos reçoivent leurs “dîmes” pour l’occasion afin d’ alimenter une campagne de diffamation et de polémique visant à affaiblir l’homme et surtout à couvrir la scandaleuse nomination au sein du gouvernement congolais des deux complices rwandais  d’Hyppolite Kanambe alias “Joseph Kabila”. 

Voilà à quoi en sont réduits les occupants rwandais de la RDC, ainsi que les minables collabos congolais à leur service. La  bassesse et le ridicule de cette opération prouvent que la médiocrité et la panique ont résolument gagné les rangs de ceux qui dirigent la RDC,  qu’ils soient à Kigali ou à Kinshasa. Confrontés  à la détermination des patriotes congolais qui ont choisi Honoré Ngbanda et l’APARECO comme fer de lance du combat pour la libération totale de la RDC et de son peuple, cette nouvelle forfaiture traduit la peur qui les envahit  lentement mais surement.

Malheureusement pour Kanambe et ses frères, il y a notre Dieu qui veille sur ce juste combat que  mènent les patriotes résistants. Rien ne nous arrêtera. Peine perdue donc, ils feraient tous mieux de commencer à méditer sur les jours difficiles qui se profilent déjà à l’horizon de tous les ennemis du peuple congolais.

Quant aux patriotes congolais , maintenant prévenus de tous ces projets pitoyables du gouvernement d’occupation  , il nous appartient à tous de faire preuve de vigilance et de resserrer les rangs de la résistance  pour faire face à tous les assauts de l’ennemi.

Paris, le 06 Mars 2014

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE

+Continue Reading

Séance de déblayage du terrain par l’APARECO au Parlement Britannique

delegation-apareco-uk

Séance de déblayage du terrain par l’APARECO au Parlement Britannique

Pendant que le pouvoir d’occupation en RDC est entrain de pousser ses pseudopodes par le noyautage et l’infiltration des secteurs vitaux de l’Etat d’une part et que de l’autre, Hypolite Kanambe alias Joseph Kabila continue d’endormir les congolais avec d’une part la prochaine formation d’un fameux gouvernement de « Cohésion nationale » annoncé depuis bientôt quatre mois sans montrer son moindre début (manière pour Kanambe de tenir en laisse, comme des chiens, à la fois ceux qui sont dans l’actuel gouvernement et ceux qui aspirent à entrer dans le nouveau en gestation) et d’une autre vanter le chapelet des résolutions sans lendemains issues du « 17e sommet du Comesa », les patriotes résistants (eux) restent focalisés sur un seul objectif : la libération totale et sans condition de la terre de leurs ancêtres.

C’est singulièrement dans l’optique du front diplomatique initié par le président national M. Honoré Ngbanda pour une diplomatie et un lobbying tous azimuts pour contrer le régime d’occupation qu’une délégation de l’APARECO a eu une très importante séance de travail au parlement britannique, le mercredi 26 février 2014, avec le député Clive Effort, membre de la Chambre de commune et figure de proue du Groupe Parlementaire Britannique qui s’occupe des questions en rapport avec la région des Grands-lacs.

Conduite par de M. Amisi Kilosho, Secrétaire Général Adjoint chargé de la Coordination de l’Exécutif et porte-parole de l’Apareco, cette délégation était composée de MM. Mbala Ndongosi et Ernest Likiyo, respectivement Vice-président territorial/ UK et Président de la Jeunesse-Apareco (JAPARECO) Londres. A cette occasion l’APARECO a remis au député du parti travailliste un mémo officiel du Secrétariat National Exécutif en charge des Relations extérieures de l’APARECO.

Avant la remise de ce document, le porte-parole de l’APARECO a présenté brièvement la plateforme politique chère à Mr Honoré Ngbanda, ses objectifs et les raisons pour lesquelles cette formation est en dehors du schéma politique en cours au pays, en dénonçant aussi bien l’imposture qui est à la tête de ses institutions et le régime d’occupation sous lequel il ploie depuis 1997. Il a ensuite souligné les grandes lignes du mémo dont il était porteur en insistant sur ce que l’APARECO, en tant qu’organisation politique qui se bat pour la libération de la RD Congo du joug étranger et qui se veut porte-voix des aspirations profondes du peuple congolais, voudrait attendre d’une puissance de la trempe du Royaume Uni. Il s’agit des préoccupations portant sur le génocide inédit dont le peuple congolais est victime, du pillage systématique de ses ressources naturelles, et des manœuvres dilatoires encours, avec la complicité de M. Hippolyte Kanambe, en vue de la balkanisation du Congo. « Ce sont des défis très graves auxquels les patriotes congolais s’emploient à répondre par la résistance, comme des patriotes britanniques et d’autres pays européens occupés par le régime nazi ont fait face », a dit en substance, M. Amisi Kilosho.

D’autres points importants non contenus dans le mémo en rapport direct avec des intérêts bien compris de l’APARECO dans le cadre de son combat et de la responsabilité d’un acteur important de la vie internationale qu’est le Royaume Uni au delà de ses intérêts immédiats ont été abordés, en prélude à un rapprochement des vues sur la géopolitique des pays des Grands lacs en général et la question congolaise en particulier entre l’APARECO et des pools décisionnels britanniques intéressés.

En effet, M. Effort qui a confié « apprécier à sa juste valeur la démarche de l’APARECO » a dit qu’il suivait avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation au Congo, et que comme beaucoup de ses paires au sein de l’hémicycle du « House of Commons », il est d’avis que « le problème auquel font face ce géant d’Afrique et son peuple mérite indubitablement une nouvelle approche » avant de conclure qu’il va devoir inviter une nouvelle fois l’APARECO, au sein même du parlement ou bien dans un autre cadre.

Londres Samedi 01/03/2014

Grégoire WATUPA

Secrétaire National Exécutif en charge de la Communication et Presse

+Continue Reading

Paradoxe économique du Boum de production du cuivre au Katanga en RDC

ALPHONSE-EBAMA

Paradoxe économique du Boum de production du cuivre au Katanga en RDC

Le site web CongoForum (www.CongoForum.be) nous a posté en date du 25 Février 2014 un article de Jeune Afrique, que voici ainsi reproduit in extenso :

« La RD Congo a produit en 2013, selon Jeune Afrique et d’après les chiffres que le pays s’apprête à officialiser, 920 000 tonnes de cuivre… soit 300 000 t de plus que l’année précédente. C’est le niveau le plus haut atteint depuis dix ans. La RD Congo a produit en 2013, selon les chiffres que le pays s’apprête à officialiser, 920 000 tonnes de cuivre… soit 300 000 tonnes de plus que l’année précédente. Le pays revient de loin : en 2002, la production était tombée à 190 000 tonnes.»

Cet article nous emmène à faire les commentaires autorisés d’expert ci-après :

En effet, jamais de mémoire ni d’expérience, en notre qualité d’ancien Administrateur-Directeur du Marketing et Commercialisation (ADMC), pendant tous nos 30 ans de carrière (1974-2004), depuis la SOZACOM jusqu’à la GECAMINES (GCM) en passant par la GECAMINES-COMMERCIALE, cette seule entreprise d’Etat qui assurait la production du Cuivre dont le tonnage oscillait , bon an mal an, au tour de 450.000 TM maximum, n’avait dépassé ce maximum par an.

Depuis l’accession du pays à l’indépendance, ce tonnage a évolué mais n’a jamais été dépassé; et ce, jusqu’à connaitre l’effondrement de la mine souterraine de KAMOTO en 1990, laquelle mine contribuait annuellement à hauteur de 150.000 TM, chose qui réduisit la capacité annuelle de production de la GECAMINES à partir de cet événement au niveau de 300.000 TM, ensuite jusqu’à dégringoler avec l’avènement de l’AFDL au niveau de 190.000 TM de Cuivre par an.

Force est de constater qu’avant l’avènement de l’AFDL, malgré d’une part, ce niveau de production annuelle inférieure à 450.000 TM maximum, et malgré d’autre part, le niveau relativement faible de cotation du prix de Cuivre en Bourse des Métaux à Londres (London Metals Exchange – LME) qui oscillait entre 2.000 et 2.500 GBP par TM, la GECAMINES assurait aussi, bon an mal an, 60% en PIB du budget des recettes de l’Etat et 80% des recettes en devises fortes de l’Etat.

Aujourd’hui, l’article de Jeune Afrique sus-cité nous annonce une performance de production exceptionnelle que la GECAMINES hier n’avait jamais atteinte, avec des chiffres de production de Cuivre de l’ordre de 620.000 TM pour l’année 2012 et 920.000 TM pour l’année 2013.

Paradoxalement, malgré d’une part, ce boum de production qui résulte à la fois, du démembrement de la GECAMINES et de l’exploitation par +/- 400 sociétés minières enregistrées et issues de l’exécution du Cadastre minier relatif au nouveau code minier conclu lors du régime 1+4, et malgré d’autre part, la bonne tenue des cotations des prix du Cuivre au LME qui ont oscillé entre 4.000 jusqu’à atteindre parfois 8.000 GBP/TM, les recettes provenant de cette panoplie de producteurs de Cuivre ne contribuent même pas à hauteur de 10% au budget des recettes de l’Etat !!!

Quelles en seraient les raisons de cette contreperformance des recettes auprès du Trésor de l’Etat ?

A notre humble avis, cette contreperformance financière provient particulièrement du non application et du non suivi par les gouvernements successifs de toutes les recommandations et résolutions issues des enquêtes menées successivement, durant le régime du 1+4, d’abord par la commission parlementaire dénommée « Commission LUTUNDULA », et ensuite par la commission sénatoriale dénommée « Commission MUTAMBA DIBUE ». Tous les rapports de ces enquêtes ont été largement publiés et diffusés, ce qui nous fait donc l’économie du temps pour ne pas devoir en parler encore ici.

Par ailleurs, et pour terminer, nous signalons qu’un autre phénomène justificatif de la contreperformance financière relative aux recettes de l’industrie minière escomptées par le Trésor Public réside dans l’aspect spéculatif lié aux acquisitions des permis d’exploitation (PE) des carrés miniers par des acquéreurs spéculateurs.

En effet parmi ces +/- 400 sociétés minières, il y a très peu qui se sont effectivement implantées et qui ont commencé l’exploitation minière proprement dite en vue de la production. Pendant que d’autres, que nous qualifions de « Traders », se sont simplement livrées aux opérations d’achat et vente de leurs droits miniers dans certaines Bourses, comme celle de Toronto au Canada, ou bien à la revente de leurs droits miniers auprès des Majors (entendez, des grandes sociétés minières qui ont pignon sur rue et la capacité réelle de production sur terrain).

Les recettes provenant donc de ces ventes spéculatives échappent bien entendu au contrôle de l’Etat, car en plus, la plupart du temps ces recettes sont logées dans des paradis fiscaux. Des exemples font légion, l’on se souviendra d’Anvil Mining Corporation du temps de Laurent-Désiré KABILA, de la société minière de Moise Katumbi, ou celles de Dan Gertler, pour ne citer que celles-là, etc.

En conclusion, tant que la mégestion généralisée par la corruption est érigée en norme et mode de gestion et tant que l’on ne peut rien attendre d’un leadership au sommet dépourvu de ressources morales et managériales, nous assisterons à ce genre de performance factice qui va perpétrer le paradoxe cruel d’un Congo scandaleusement riche où il ne fait pas bon vivre à sa population, car étant scandaleusement pauvre !

Samedi 01/03/2014

Alphonse D. EBAMA
Membre du Comité national de l’APARECO
Ir Géologue & Expert en Gemmologie
Ex – ADMC / GCM

+Continue Reading